The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Begin typing your search above and press return to search. Press Esc to cancel.
Doc Gynéco :

Doc Gynéco : “Dans mon bain, je lis “Madame Figaro””

Doc Gynéco : “Dans mon bain, je lis “Madame Figaro””

Revue du Madame.- Vingt ans après sa Première Consultation, Doc Gynéco vient opérer sur le plateau de «Balance ton post !», la nouvelle émission présentée par Cyril Hanouna, qui débutera le 21 septembre sur C8. Avant d’enfiler ses gants chirurgicaux, il a passé en revue l’actualité de la rentrée.

“Viens voir le docteur, non n’aie pas peur”, disait son premier tube sorti en 1996. Un succès fou qui propulse le jeune “rappeur” de Clichy-sous-Bois parmi les idoles des années 1990. Et puis il y a eu son soutien à Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle en 2007, sa mise au ban par le milieu du hip-hop, une décennie d’isolement médiatique…

En 2018, Doc Gynéco, de son vrai nom Bruno Beausir, est revenu avec un septième album relativement décevant, 1000%. Cette fois, il va rester un peu. À partir du 21 septembre sur C8, il sera chroniqueur dans le nouveau talk-show animé par Cyril Hanouna, “Balance ton post !”. Naturellement, on a décidé de le soumettre à notre “Revue du Madame”. Entretien téléphonique à la cool.

Mercredi, une vidéo montrant Harvey Weinstein en train d’abuser d’une jeune femme a été diffusée par la chaîne américaine Sky News. Qu’avez-vous gardé comme sentiment sur cette affaire ?

J’ai eu du mal à comprendre d’un point de vue social. Je ne savais pas que dans les hautes sphères de la société, chez ces gens importants qu’on peut voir dans des cérémonies prestigieuses comme les Oscars, toujours en compagnie de l’élite intellectuelle de leur pays, il pouvait se passer des choses pareilles. J’ai été très surpris. Je pensais avoir affaire à des gens plutôt doux, sensibles, plus intelligents.

Pour ne pas changer, on a dernièrement beaucoup parlé du style de Brigitte Macron, qui a osé les sneakers en Finlande ou mis des crampons Vuitton pour donner le coup d’envoi d’un match au Stade de France. Elle vous inspire quoi, vous, la première dame ?

J’attends de lire son bouquin, sur ce moment qu’elle vit. J’espère pour elle le plus longtemps possible. Je suis toujours heureux quand quelqu’un qui n’était pas destiné à des endroits comme ceux-là s’y retrouve. C’est encourageant pour toutes les autres femmes. J’espère aussi qu’elle va se diriger vers l’associatif, le caritatif, qu’on la verra plus souvent sur le terrain social, avec nous.

Porter du Damart, c’est le nouveau cool selon Mademoiselle Agnès. Pour Doc Gynéco, le cool ce serait de porter quoi ?

Un marcel, Damart ou pas. Propre, hein ! Mais c’est toujours comme ça que ça s’appelle, un marcel ?

Dans notre rubrique bien-être, on a récapitulé les bons gestes pour préserver son capital jeunesse. Quels sont les astuces de Bruno Beausir ?

Il paraît que Cléopâtre prenait des bains de lait de chamelle. Le mieux, ce serait donc d’avoir un chameau à disposition… Non, mais moi je ris beaucoup, je m’amuse énormément. J’essaie de ne pas m’énerver, de n’abîmer ni mon cœur ni mon cerveau. Parce que tout cela a forcément un impact sur le physique. Quand on est tracassé, cela se voit sur sa mine le matin. Parfois on m’en veut, on me crie dessus en me disant “Réveille-toi !”, mais si c’est pour finir à 40 ans en ayant l’air d’en avoir 70, il vaut mieux rester couché.

Sous l’influence des réseaux sociaux, les millennials embrassent un nouveau culte du corps… Et reviennent en force au tatoo. Vous avez des tatouages ?

Oui, j’ai fait des vaccins à la naissance. Mais je n’ai rien encore inscrit de moi-même sur mon corps, je n’ai pas trouvé d’artiste ni de choses qui me plaisaient assez. Il y a peut-être des femmes qui ont inscrit Doc Gynéco sur elles… Si je trouve une fan qui l’a fait, moi je me tatouerai son prénom à elle, ou son surnom.

Poppy Delevingne dit qu'”il n’y a rien de mieux qu’écouter Beyoncé dans son bain”. Vous faites quoi en vous lavant ?

Je fume des cigarettes et je lis des bouquins. Ceux qui sont conseillés à la fin du Figaro Littéraire. Mais dans mon bain, je lis Madame Figaro, parce que j’aime faire des cadeaux, et qu’il y a de belles choses. Je regarde selon mes moyens.

Un psychologue nous livrait récemment qu’en couple, notre imaginaire foisonne de scénarios, tantôt romantiques, tantôt angoissants. Vous êtes du genre à vous faire des films ?

J’ai jamais perdu le nord. Les factures sont toujours présentes sur ma petite table dans l’entrée. Je rêve très peu, en tout cas dans le sens où je n’imagine pas autre chose de la personne avec qui je suis. Je ne divague pas beaucoup, je suis très sérieux quelque part. Attentionné à la personne que j’aime.

Pendant les vacances, deux spécialistes nous expliquaient pourquoi certains se lassent si vite en amour. Vous en êtes ?

J’essaie de rester concentré sur la personne avec qui je suis, c’est déjà beaucoup à comprendre et à faire, pour s’adapter, pour s’aimer. Je ne me disperse pas. Faire dans la polygamie mentale, même par jeu, c’est trop risqué pour moi. On ne peut pas avoir un coup de foudre à Notting Hill, à New York, à Madrid, à Paris en même temps. Cela peut rendre fou et il faut garder les pieds sur terre. Si à chaque fois que l’on croise le regard de quelqu’une ou de quelqu’un, on se jette éperdument dans une histoire sentimentale, plus mentale que sentimentale d’ailleurs, on risque de perdre son amour véritable.

Courir, lire, dormir… Tout le monde a sa résolution de rentrée. La vôtre ?

J’essaie d’écouter la meilleure musique qui soit, sans me perdre dans des sons qui pourraient me déséquilibrer. J’écoute beaucoup de blacks américains, Beyoncé en fait partie. Plein de super chanteurs français aussi, Alain Souchon et Laurent Voulzy, Serge Gainsbourg. Écouter de la musique, c’est comme manger, tu peux avoir une mauvaise alimentation et ça se ressent sur le poids.

On a beaucoup parlé de la rentrée scolaire, de l’anxiété des enfants, du stress des parents… Vous avez trois enfants, et on vous imagine tout sauf père Fouettard. Y a-t-il des choses que vous interdisez à vos enfants ?

Je ne leur interdis rien. Je leur fais confiance, même quand je vois qu’ils sont dans l’erreur, qu’ils cherchent, j’attends. Je n’ai pas de leçon particulière à leur donner. Comme ils ont été bien scolarisés, ils ne prennent pas de risques trop élevés. Même s’ils font des bêtises, cela reste du domaine du rattrapable. Je suis à l’écoute de leur propre direction, je les aiderai à faire ce qu’ils ont envie de faire. Je ne vais pas, moi, m’introduire dans leur vie.

Leïla Bekhti nous confiait : “Quand tu sais d’où tu viens, tu sais où tu vas”. Vous êtes d’accord avec ça ?

Oui, bien sûr, c’est un super credo de la rue, de dehors. Mais j’ai aussi beaucoup d’amis qui ont eu la chance d’avoir des parents, et de vivre dans des quartiers aisés, et eux aussi ils savent d’où ils viennent et ce qu’ils ont à faire. Ils doivent partager l’amour qu’ils ont eu, et que nous, on n’a pas eu.

À bientôt 30 ans, Emma Stone rêve de devenir mère. À bientôt 45 ans, vous rêvez de quoi, vous ?

De ravoir 40 ans. C’est superbe comme âge, ça sonne plus rond. Et puis ça fait sérieux, ça fait carré aussi. 45 ans, c’est sympa pour le mec qui vend les bougies. Mais je préfèrerais qu’il n’y en ait que 40 sur mon gâteau.

 

.

Marc FICHELLE, créateur et directeur de France Art TV.

Laissez un commentaire

Ajouter votre commentaire ici