The Point Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error.

Follow Point

Begin typing your search above and press return to search. Press Esc to cancel.
Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

RAPPORT POUR UNE ACADEMIE / Avignon à l’unisson

http://avignonalunisson.com/rapport-pour-une-academie-2/

Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !
Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Le pitch :

Jouant des artifices de la scène, un artiste conte sa métamorphose depuis sa capture par le Cirque Hagenbeck.

Au travers de ce texte, KAFKA nous alerte sur l’ambiguïté de la représentation qui conditionne une certaine vision de l’Autre. Quel est ce regard hâtif et passif du spectateur qui s’abandonne à la manipulation de l’émotion et des artifices du spectacle ?

L’avis de la rédaction :

On le savait avant de pénétrer à la croisée des chemins, un texte de Franz Kafka c’est un monument à appréhender et à comprendre. Vincent Freulon réussit, ici, une adaptation et une reformulation du texte original qui le met à la portée de tout type de public.

Mahmoud KTARI, incarne ici le fameux singe du cirque Hagenbeck, qui vient présenter devant l’académie sa vie d’ex singe. Le jeune comédien déploie un jeu et une présence scénique percutante et forte.

La mise en scène lui permet de déployer toute la palette des émotions que peut incarner un singe tant est qu’il en soit un…

Ce texte d’une grande humanité nous invite à découvrir l’autre sans artifice. Le comédien, réussit ici à nous livrer cette belle leçon de vie en toute humilité et simplicité.

Un spectacle à découvrir !

Infos utiles :

Au théâtre de la Croisée des Chemins au 25, rue d’Amphoux à Avignon

À 12h15 du 5 au 28 juillet, relâche le 8, 15, 22 juillet

Réservation au : 07 84 40 78 67

Tarif : 17€, carte OFF : 12€, enfant : 9€.

RAPPORT POUR UNE ACADEMIE / Reg’arts

http://www.regarts.org/avignon2019/rapport-academie.htm

Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !
Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !
Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Le spectacle débute par ces mots énigmatiques :

« Éminents Académiciens, Vous me faites l’honneur de me demander de fournir à l’Académie un rapport sur ma vie antérieure de singe. »

Les spectateurs, promus au rang d’étranges Académiciens, l’écoutent, interloqués.

Originaire du Ghana, capturé par le cirque Hagenbeck, il nous raconte sa vie dans une cage, avec l’absence d’issue qui en découle. Il lui fallait en inventer une. Pas une fuite ; ni la liberté en tant que telle : « La liberté, un des principes les plus nobles, comme les tromperies qui l’accompagnent. »

La seule issue : arrêter d’être un singe ; combattre sa nature simiesque ; expulser sa singitude.  Il nous narre sa ligne de conduite pour s’établir dans la société : se mettre à parler, à imiter les humains pour réussir, en cinq années, à devenir un singe libre, de mieux en mieux intégré dans le monde des humains. Dans une sorte de Métamorphose à l’envers, cette autre nouvelle de Kafka dans laquelle Grégor Samsa, un jeune voyageur de commerce se transforme en blatte.

Nous sommes bien chez Kafka, mais un Kafka loin de l’univers atrocement pesant, sinistre, absurde, cauchemardesque que l’on connaît par ailleurs ; c’est seulement un Kafka à l’humour quelque peu grinçant, avec parfois de nets accents de drôlerie ; un Kafka qui prend un malin plaisir à nous dérouter, nous amener à nous poser de nombreuses questions.

Et l’excellent Mahmoud Ktari, tout à l’image de ce Kafka malicieux, nous égare sur sa vraie nature, tant il use de registres changeants entre l’homme et l’animal.

Sommes-nous en présence d’un homme resté singe ? Est-il mi-homme, mi-singe ? Sommes-nous dans un rêve ? Une affabulation ? Sommes-nous en présence d’un fou qui se prend pour un singe et retrouve de temps à autres sa nature humaine ?

Et quel est ce public ? Qui sont ces étranges académiciens ?

Chacun aura sa propre interprétation, ce qui est le propre des bonnes pièces.

Ce spectacle (sur la base d’un texte traduit et adapté par Vincent Freulon) brillamment et subtilement mis en scène par Khadija El Mahdi, est magnifiquement interprété par un jeune comédien, Mahmoud Ktari, d’une réelle humanité.

Une vraie performance d’acteur. Souvent touchant, parfois amusant. Une belle aptitude à passer du rôle d’homme à celui de singe. Une présence inspirée, incarnée, aux accents souvent mystérieux. Un acteur qui nous fait vivre une heure d’intense émotion sur un rythme trépidant et réussit à nous tenir en haleine jusqu’au bout.

Il finira par ces mots : « Je ne veux pas être jugé. Je n’ai fait que mon rapport », avant de se recroqueviller dans une cage.

On retrouve la rue d’Amphoux fasciné, bluffé, ému, troublé, voire ébranlé !

A voir absolument au Théâtre de la Croisée des chemins…

un spectacle À la Croisée de l’humanité et de l’animalité, justement !

Fabrice Glockner

Rapport pour une Académie

Vincent Freulon, d’après Franz Kafka
Mise en scène : Khadija El Mahdi

Avec : Mahmoud Ktari

FAIRE SEMBLANT D’ETRE NORMAUX / Avignon à l’unisson

http://avignonalunisson.com/faire-semblant-detre-normaux/

Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !
Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Le pitch :

Faire semblant d’être normaux se sert du rire pour aller voir derrière la réalité, entrouvrir le rideau de ce qui fait semblant d’être normal pour entrevoir celui qui se cache derrière les apparences. Nous suivons, en musique, la vie d’un Monsieur Tout-le Monde, tantôt naïf et rêveur, tantôt cynique et arrogant, ou encore engagé et parodique. Les interventions musicales intempestives du pianiste déjouent les langues de bois et dégonflent les hyperboles. Sous la forme d’un duo entre un comédien et un pianiste, Faire semblant d’être normaux reprend certains des plus grands monologues de Giorgio Gaber et Sandro Luporini pour la première fois traduits en français. S’y joue la rencontre de deux personnages obligés de cohabiter sur un bout de scène, avec comme seule frontière un piano

L’avis de la rédaction :

les comédiens nous amènent dans leur monde mi rêve mi folie.

Les morceaux chantés et joués au piano sont simplement sublimes. Benoît Valliccioni a une voix impressionnante avec une tessiture vocale ample. Il se sert de la scène avec aisance.

Mattia Pastore joue avec maestria du piano et son air mutin complète parfaitement le duo qu’il forme avec Benoit.

Un spectacle à voir…

Petite Dédicace pour les deux comédiens: « On aurait aimé aider ce spectacle, mais on ne veut pas pêcher par orgueil! Alors souhaitons simplement que ce spectacle vive et vive très longtemps…

Infos utiles :

Au théâtre de la Croisée des Chemins au 25, rue d’Amphoux à Avignon

À 19h35 du 5 au 28 juillet, relâche le 8, 15, 22 juillet

Réservation au : 07 84 40 78 67

Tarif : 17€, carte OFF : 11,25€, enfant : 8,50€.

Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !
Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Le pitch :

C’est en 68, au cœur de l’utopie, en plein dans l’extension du champ du langage, dans l’ouverture aux autres, que Roger Lombardot renaît au monde et rencontre la femme de sa vie. Son texte est politique, au sens premier du terme, celui du vivre ensemble, du choix d’une société. C’est une œuvre forte, philosophique et poétique. Et c’est également le récit d’un amour.

68 MON AMOUR, un texte solaire qui fait exploser le gris de nos vies.

« Quand soixante-huit est arrivé, ce fameux mois de mai, j’ai ressenti dans mon corps, dans mon être tout entier, une formidable secousse… Comme si la vie s’était soudain engouffrée dans tous mes canaux… »

« Ludovic Salvador embrasse le texte de Roger Lombardot et devant nous se met à nu pour nous parler de 68 tel que l’auteur l’a vécu : un véritable chamboulement. » Sophie, ARTS MOUVANTS

L’avis de la rédaction :

Ce texte de Lombardot, disons le,  est un plaidoyer pour la VIE que le comédien incarne avec une très grande puissance et une belle présence scénique.

Ludovic Salvador nous sert ici toute la palette des émotions que Lombardot a voulu dans son texte original.

Cette création 2019, contient tous les éléments d’une belle pièce de théâtre ou le spectateur passe un bon moment.

Infos utiles :

Au théâtre de la Croisée des Chemins au 25, rue d’Amphoux à Avignon

À 15h15 du 5 au 28 juillet, relâche le 8, 15, 22 juillet

Réservation au : 07 84 40 78 67

Tarif : 17€, carte OFF : 12€, enfant : 8€.

VUE DANS LA PRESSE / La Provence

Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

VUE DANS LA PRESSE / Vaucluse Matin

Théatre La Croisée des Chemins, Théâtre La Croisée des Chemins mis à la Une !

Marc FICHELLE, créateur et directeur de France Art TV.

Laissez un commentaire

Ajouter votre commentaire ici